La véritable histoire du karaté traditionnel est presque impossible à vérifier en raison du secret qui entourait les arts martiaux et l'absence de documents écrits. Il est reconnu que les arts martiaux d'Okinawa et du Japon ont été influencés dans leur développement par diverses sources d'arts martiaux chinois. Il est également certain que les arts martiaux chinois  aient subi au moins une source d'influence  venue de l'Inde.
 
BodhidharmaYoshitoshi1887En  520 Av JC environ, un moine bouddhiste Bodhidharma, ou Daruma Taishi, voyageait en Chine où il a enseigné le Chan (ou Zen) bouddhisme aux moines du Temple de Shaolin dans la province du Henan. Les moines n'étaient pas physiquement capable de résister à l'ascèse de son enseignement, il a alors commencé à enseigner les exercices sur la base d'un système de combat. Il a présenté un ensemble d'exercices destinés à renforcer l'esprit et le corps, des exercices qui auraient marqué le début du style Shaolin dans la boxe pratique dans les temples. L'enseignement Bodhidharma est devenu plus tard la base pour la majorité des arts martiaux chinois.
 
Les moines du Temple de Shaolin ont alors gagné la réputation d'être les plus redoutables combattants de toute la Chine. Leur méthode de combat est devenue connue sous le nom de Shorinji Kempo au cours de leurs voyages pour enseigner le Zen et a influencé et a été influencée par de nombreux autres systèmes de combats chinois.
 
A la fin 12 eme siècle, le Zen a été introduit au Japon et devint rapidement la religion de la classe Samurai. Comme telle, elle a eu des répercussions sur tout les des arts martiaux traditionnels japonnais. Si le Shorinji Kempo a été introduite avec le Zen, comme cela semble probable, il doit également avoir eu une certaine influence sur les méthodes traditionnelles de lutte du Japon.
 
Okinawa en elle même est une petite île située au sud de la chaîne d'îles qui composent le Japon moderne. C'est l'île principale de la chaîne de Ryuku îles qui s'étend du Japon à Taïwan. Entouré de corail, Okinawa mesure seulement 10 kilomètres de large pour  environ 110km de long de long. Il est situé à 400 milles marins à l'est de la Chine continentale, à 300 milles marins du sud du continent japonnais et à 300 milles marin au nord de Taïwan. Être au carrefour des grandes routes commerciales, son importance comme une "place de repos" a été découverte pour la première fois par les Japonais. Elle s'est par la suite développé comme un centre de commerce pour l'Asie du sud, le Japon,la Chine, l'Indochine, la Thaïlande, la Malaisie, Bornéo et les Philippines.
 
En raison de la proximité d'Okinawa avec la Chine, des échanges culturels ont eu lieu sans aucun doute entre les deux pays avant même que l'histoire soit écrite. Le premier échange de techniques d'arts martiaux et d'idées n'est donc pas connu. Il est reconnu qu'en 1372 le roi Satto d'Okinawa a échangé des délégations diplomatiques avec l'Empereur Ming. Une partie de ces échanges comprenaient des gens qui connaissaient les arts martiaux de leurs pays respectifs. Ainsi, les habitants d'Okinawa  affinairent leurs propres méthodes de lutte en leur incorporant des idées de sources étrangères et en les adaptant à leurs propres styles et des besoins.
 
Un facteur important dans le développement des méthodes de lutte d'Okinawa a été l'avènement de dirigeants répressifs. Entre 1477 et 1526 Okinawa a été dirigé par le roi Sho Shin qui interdisit la possession d'armes. En 1690 le clan japonnais de Satsuma est arrivé au pouvoir et a poursuivi l'interdiction. Les différentes écoles de la lutte s'entrainaient en secret, afin de ne pas être suspectés par les dirigeants politiques et d'etre en danger de mort.
 
Okinawa était également engagée dans les échanges avec la population de la province de Fukien en Chine du Sud et c'est probablement par cette voie que le Kempo chinois a été présenté à la population des îles. Des ajustements sont également arrivés sous l'influence d'autres arts martiaux apportés par les nobles et le commerce des marchands de l'île pour arriver à la forme Te.
 
Te continua à se développer au fil des ans, principalement dans trois villes d'Okinawa : Shuri, Naha et Tomari. Chacune de ces villes était centrée sur un aspect de la  société : respectivement les rois et les nobles, les commerçants et les gens d'affaires, les agriculteurs et les pêcheurs. Pour cette raison, différentes formes d'auto-défense développées à l'intérieur de chaque ville est ensuite devenu connu sous le nom de Shuri-te, Naha-te et Tomari-te.
 
Ensemble, ils ont été appelés Okinawa-Te ou Tode.
 
Peu à peu, le karaté a été divisé en deux groupes principaux : Shorin-ryu, qui s'est développé autour de Shuri et Tomari, et Shorei-ryu qui venaient de la région de Naha. Il est important de noter, toutefois, que les villes de Shuri, Tomari, Naha étant seulement à quelques kilomètres de distance, que les différences entre les arts martiaux étaient essentiellement l'apparence et non leur propre nature.
 
Au delà de ces différences d'apparence, les méthodes et les objectifs de tous les karatés d'Okinawa sont les mêmes. Il a été suggéré que ces deux styles ont été développés suivant les besoins physiques differents. Shorin-ryu est basé sur des mouvements rapides et linéaires avec une respiration naturelle alors que le Shorei-ryu est basé sur la stabilité et avec la respiration synchroniser avec chaque mouvement.
 
L'Okinawa-te a continué à être pratiqué dans le secret, même après la fin du règne de Satsuma en 1872, lorsque le seul "ennemis" restant étaient les autres écoles. Le secret n'a pris fin qu'en 1902 lorsque le commissaire de l'éducation Shintaro Ogawa a recommandé qu'il soit inclus de l'éducation physique dans certaines écoles d'Okinawa.
 
Entrainement de karate Shuri Castle 1938Alors que le besoin d'un vrai jutsu a quelque peu décliné par l'avènement du 20ème siècle, la valeur du karaté comme art martial avec pour principal caracteristique de promotion de la santé a été reconnu.
 
Il n'a pas tardé à être enseigné dans de nombreuses écoles d'Okinawa.
 
Le premier maître de karaté à enseigner dans les écoles d'Okinawa a été Anko Itosu.
 
Il est bientôt suivi par un certain nombre d'autres, y compris Chojun Miyagi, Kenwa Mabuni, et Gichin Funakoshi (fondateur du Shotokan).